Iran Air sur de nouveaux plans pour prospérer

L’Iran Air espère gagner 1 milliard de dollars par année à partir de la vente de billets une fois que tous les avions qu’il a commandés au cours des derniers mois des grossistes majeurs sont livrés.

Les revenus aideront le transporteur à couvrir ses coûts et à rembourser les prêts qu’il prend pour l’avion qui devrait arriver au cours de la prochaine décennie.

“Avec ce montant, Iran Air pourra rembourser les versements pour les 200 avions qu’il a achetés”, a déclaré le vice-ministre des routes et du développement urbain, Asghar Fakhrieh-Kashan.

Les commandes massives du porte-drapeau incluent 100 avions Airbus, 80 Boeing et 20 ATR, avec une valeur globale comprise entre 20-30 milliards de dollars, selon les estimations iraniennes. La liste des prix dépasse les 30 milliards de dollars.

L’Iran a jusqu’à présent livré sept avions. Les trois avions Airbus et quatre ATR ont tous été financés par leurs fabricants. Airbus et ATR ont accepté de financer un peu plus.

Les perspectives de financement du reste des avions sont encore sombres, car les principales banques européennes et les grandes institutions financières hésitent encore à s’engager avec l’Iran en craignant des sanctions américaines, même si les sanctions nucléaires de l’Iran ont été levées en janvier 2016 dans le cadre d’un accord Téhéran Signé avec six pouvoirs travaillés un an plus tôt.

Selon Fakhrieh-Kashan, l’Iran espère résoudre les problèmes de financement en lançant un appel d’offres dans quelques semaines, dans lequel 10 entreprises du Japon, de la Norvège, du Danemark, de la Chine, de l’Irlande et de la Grande-Bretagne ont déjà exprimé leur disponibilité.

Dans le cadre des offres d’avions, 32 avions devraient débarquer à l’Iran d’ici la fin de 2018. Ceux-ci incluent 16 avions ATR de turbopropulseurs, dont cinq seront livrés d’ici la fin de décembre et le reste en 2018.

Le transporteur iranien devrait recevoir quatre Airbus A320 à la fin de l’année, cinq des A321 de la planificatrice européenne et quatre A330 l’année prochaine. Trois livraisons Boeing 737 sont également prévues en 2018.

Mais même lorsque les accords de financement sont finalisés, d’autres étapes majeures devraient être prises par Iran Air pour optimiser ses revenus des nouveaux jets.

“Alors qu’ils [Iran Air] ont introduit une poignée de nouveaux jets, il faut maintenant correspondre à de nouvelles voies et à une plus grande connectivité et des pactes de partage de codes afin que les voyageurs aient plus d’options au-delà du réseau actuel d’Iran Air”, a déclaré Saj Ahmad, analyste en chef de la Strategic Aero Research basé à Dubaï, a déclaré à Financial Tribune.

“Sans nouvelles routes, le déploiement des 200 nouveaux avions prévus sera difficile. Cela entraverait les gains et entraînerait des coûts plus élevés “, a-t-il ajouté.

> Restructurer avec un oeil sur la vente d’actions

Iran Air est entièrement détenue par l’État. Parallèlement aux tentatives de renouveler sa flotte vieillissante, les fonctionnaires envisagent d’inscrire la société à la fois sur la Bourse de Téhéran et sur les marchés boursiers internationaux.

Mais une structure périmée et non économique s’arrange pour le moment.

Ministre des routes et du développement urbain Abbas Akhoundi a déclaré en février que la compagnie aérienne envisage de respecter les normes internationales grâce à une gestion et une formation améliorées pour ouvrir la voie à la privatisation.

Interrogé par Financial Tribune lors d’une conférence de presse mercredi sur l’état actuel des plans de privatisation d’Iran Air, le PDG Farhad Parvaresh a déclaré que la compagnie aérienne attend toujours des «réformes structurelles» dans le cadre d’une loi adoptée par le gouvernement il y a environ deux ans.

Parvaresh a mentionné un obstacle majeur au fonds de pension d’Iran Air, qui représente une partie importante des coûts du transporteur, affirmant que le gouvernement s’efforce de résoudre ce problème dans un délai de six mois.

Le gouvernement espère que la restructuration d’Iran Air, ainsi que son important plan de rénovation de la flotte, aidera la compagnie aérienne à augmenter la part du transport aérien qu’elle a perdue à ses concurrents étrangers dans la région, ce qui, selon Akhoundi, gagne de 4 à 5 dollars Milliards de revenus chaque année.

“La privatisation d’Iran Air est très éloignée à ce stade”, a déclaré Ahmad. “Iran Air est assez intelligent pour savoir qu’il ne peut pas prendre de grands rivaux comme Emirates. Cependant, ils doivent s’associer à autant de grands joueurs que possible. Cela réduit la menace de la concurrence directe et permet une plus grande accumulation de trafic “.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *